TerpsiCorpsfiche 2013-2014redfinal

Publicités

Stageintensiffev2013

Tombola

Samedi 09 février Tombola

 

Le 27 mai 2012


Voici quelques photos des premiers cours de 2011.  Le début de ce qu’on éspère être une belle aventure pour tous………

 

Article du 19 novembre 2011

Créée cet été, l’association Terpsi’Corps se voue corps et âme à la danse contemporaine .

Nous sommes en juin 2011. La compagnie Acte, dirigée par d’Annick Charlot, est en résidence au Couriat. Elle décide d’intégrer des habitants du quartier et de Riom à son projet chorégraphique baptisé Lieu d’Être, en leur offrant la possibilité de participer à la création du spectacle .

Une discipline artistique vraiment accessible à tous. Après quinze jours d’échanges, de rencontres, d’écriture et de répétitions, danseurs professionnels et amateurs avaient présenté, le 8 juillet, un rendu magnifique devant plus de six cents spectateurs, dans le cadre de la saison culturelle Éclats de Fête de la Ville de Riom. Cette aventure humaine avait ainsi permis aux participants et habitants complices de découvrir et d’expérimenter la danse contemporaine, en démystifiant le genre.

Suite à cette entreprise singulière, des liens forts se sont tissés entre eux. Tant et si bien que certains ont souhaité voir perdurer la danse contemporaine à Riom pour permettre à tout un chacun de s’essayer à cette forme d’expression souvent considérée – à tort – comme trop élitiste, intello, voire hermétique.

C’est donc en s’appuyant sur la dynamique amorcée par Acte que deux ex-participantes, Laure Das Neves et Sophie Contal, ont créé, en août dernier, l’association Terpsi’corps (en référence à Terpsichore, la muse grecque de la danse). Laure Das Neves en est la professeure. Elle est diplômée d’état de danse contemporaine et de jazz. Quant à Sophie Contal, la présidente, elle baigne dans le milieu associatif riomois depuis plus de dix ans (Les Abattoirs, Les Égaux Centriques) et apporte ses expériences et son savoir-faire à la jeune association.

S’il y avait déjà beaucoup d’écoles de danse à Riom, aucune ne s’était vraiment positionnée sur le style contemporain. Ce créneau est désormais l’apanage de Terpsi’corps qui s’est fixée comme mission première d’explorer le genre et de le rendre accessible au plus grand nombre, danseurs comme non-danseurs, hommes comme femmes, sans limite d’âge, via des ateliers de pratique et de découverte. Mais aussi de prendre simplement du plaisir avec son corps. Sans un travail collectif avec les neuf membres actifs du bureau, créer Terpsi’corps aurait été plus difficile si j’avais été seule », explique Laure Das Neves.

S’il existe de multiples façons de travailler et s’épanouir en contemporaine, Laure Das Neves insiste sur « les notions de dépassement de soi, de maîtrise du corps, de confiance en soi et en l’autre et d’écoute ». Elle intègre aussi dans ses cours la dimension politique de cette danse. « Tout ce qui nous touche dans la vie peut être incorporé en danse contemporaine, dans le but de trouver sa place dans la société ».

Chacun y trouve des choses différentes

En danse contemporaine, c’est le corps qui prime. Plus qu’un outil, le corps est un moyen de communiquer un ressenti. « On danse par rapport à soi ; à son propre espace vital et à l’espace qui nous entoure », met en exergue Laure Das Neves. « Il n’y a pas ni pas ni figures imposées ; on peut par exemple partir de gestes du quotidien que l’on fait ensuite évoluer en cours », ajoute Sophie Contal.

Danse non académique, hybride, parfois qualifiée de non-danse ou de danse jouée, la danse contemporaine ne vise ni l’esthétisme ni la recherche de sens. Elle s’attache surtout à traduire des émotions. Chaque geste véhicule une émotion et un questionnement : « On ne peut pas toujours tout décortiquer, chacun y trouve des choses différentes et fait son propre cheminement ».

Cataloguée comme danse hybride, la danse contemporaine est tout sauf cloisonnée. Sans cesse en évolution, elle intègre des styles variés tels le hip hop, le jazz, le ballet, le jeu théâtral… Depuis ses débuts dans les années cinquante, c’est encore et toujours l’idée de révolutionner le monde classique de la danse qui l’habite et la fait vivre.

Read more: http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/departement/puy-de-dome/riom/2011/11/19/la-vie-des-associations-la-compagnie-terpsicorps-propose-de-faire-decouvrir-la-danse-contemporaine-114565.html#ixzz26O3iKJYP

%d blogueurs aiment cette page :